QUELQUES MOTS DE CHIMIE PATHOLOGIQUE par A. Chevalier

QUELQUES MOTS DE CHIMIE PATHOLOGIQUE

Titre de livre: QUELQUES MOTS DE CHIMIE PATHOLOGIQUE

Auteur: A. Chevalier


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Primary: QUELQUES MOTS DE CHIMIE PATHOLOGIQUE.pdf - 45,623 KB/Sec

Mirror [#1]: QUELQUES MOTS DE CHIMIE PATHOLOGIQUE.pdf - 34,758 KB/Sec

Mirror [#2]: QUELQUES MOTS DE CHIMIE PATHOLOGIQUE.pdf - 20,859 KB/Sec

A. Chevalier avec QUELQUES MOTS DE CHIMIE PATHOLOGIQUE

Ce livre comporte une table des matières dynamique, à été relu et corrigé.
Il est parfaitement mis en page pour une lecture sur liseuse électronique.


Extrait :

Si c’est un sujet que je n’entende point, à cela même je m’essaie, sondant le gué de bien loin, et puis le trouvant trop profond pour ma taille, je me tiens à la rive. (Essais de MONTAIGNE.)
Il serait intéressant de mettre en parallèle l’histoire de deux sciences dont l’origine, également reculée, remonte à la plus haute antiquité et dont les progrès, souvent simultanés, se sont manifestés, dans ces derniers temps surtout, de la manière la plus éclatante. Quel attrait n’offrirait pas le récit des essais tentés par les pères de la médecine pour enrichir leur art des découvertes de la chimie, plus jeune encore, parce que l’homme, alors comme aujourd’hui, préoccupé surtout d’approfondir les secrets de la vie et d’en reculer les limites, appliquait toutes ses facultés à l’étude de cette science qu’il croyait recéler le secret de son immortalité  ! Quel puissant intérêt dans l’exposition de ces luttes dans lesquelles elles semblaient vouloir se substituer l’une à l’autre et régner d’une manière exclusive  ! De nos jours, à cet esprit d’exclusivisme ont succédé des idées plus sages et mieux inspirées des principes de la raison  ; et les prétentions excessives des humoristes, enthousiastes propagateurs de l’influence prédominante de la chimie en médecine sont tombées, ainsi que celles des vitalistes, devant les saines démonstrations de nos auteurs modernes  ; elles ont fait place à un intelligent éclectisme, qui, sans dénier les incontestables services rendus par la chimie, ne lui accorde cependant que la juste part qui lui revient dans l’explication des phénomènes de la vie animale.
Mais si des limites mesurées sont venues borner son domaine exagérément étendu, son influence n’en a pas été moins active, son rôle en médecine n’en a pas été moins énergique et souvent victorieux  ; ne semble-t-il pas au contraire qu’elle a puisé des forces nouvelles dans la contrainte qu’elle a éprouvée  ? Oui, sans doute  ; ses richesses fournissent un aliment à cette avidité de connaissances qui est le partage de l’homme, à ce besoin impérieux d’expliquer les phénomènes qui se passent soit autour de lui, soit en dedans de lui. Il lui demande le secret des lois qui régissent la naissance, la croissance et la production des êtres organisés  ; il l’interroge surtout sur les modifications intimes qu’il subit, et déjà la nature de plusieurs a été découverte  ; mais celle d’un bien plus grand nombre, sans doute, est encore ignorée.