Balthus, jeunes filles aux chats par Sabine Rewald

Balthus, jeunes filles aux chats

Titre de livre: Balthus, jeunes filles aux chats

Éditeur: Hazan

ISBN: 2754102485

Auteur: Sabine Rewald


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Primary: Balthus, jeunes filles aux chats.pdf - 38,999 KB/Sec

Mirror [#1]: Balthus, jeunes filles aux chats.pdf - 30,340 KB/Sec

Mirror [#2]: Balthus, jeunes filles aux chats.pdf - 30,134 KB/Sec

Sabine Rewald avec Balthus, jeunes filles aux chats

La fascination de Balthus pour les ambiguïtés et la face mystérieuse de l'enfance s'est traduite dans ses oeuvres les plus abouties et les plus célèbres : celles qui célèbrent les fillettes à l'âge de la puberté, entre innocence et fantaisies sexuelles, réalité et rêverie. Celles aussi qui ont été le plus controversées : en 1934, sa première rétrospective personnelle suscita un scandale. Cet ouvrage, publication officielle d'une exposition du Metropolitan Museum, se concentre sur ce thème, à travers une quarantaine d'oeuvres - Balthus a peu produit - exécutées pendant les années de jeunesse - les meilleures - du milieu des années 30 aux années 50. Entre 1936 et 1939, Balthus a peint la célèbre série de portraits de Thérèse Blanchard, sa petite voisine à la cour de Rohan, à Paris. Thérèse a posé seule, avec son chat, ou avec son frère Hubert dans les dix derniers tableaux. Les chats, souvent présents dans ces scènes intimes ou discrètement érotiques peuplées de jeunes filles, pourraient incarner le regard de l'artiste inscrit dans la toile. Lorsque Balthus s'installe en Suisse pendant la deuxième guerre mondiale, il substitua à l'austérité du cadre de son atelier parisien l'ambiance chaude d'intérieurs plus colorés au sein desquels différentes nymphettes, puis sa nièce Frédérique Tison, continuaient de rêver, de lire ou de sommeiller dans des poses langoureuses. Après avoir retracé les débuts précoces de l'artiste, Sabine Rewald souligne les correspondances entre le goût de Balthus pour les ambiguïtés de l'adolescence et celui de certains écrivains et poètes, comme Lewis Caroll, Rainer Maria Rilke, Thomas Mann, Cocteau. Elle s'interroge sur les liens entre ce type d'érotisme et la création plastique chez Balthus. Cette approche est enrichie par le témoignage de plusieurs modèles de l'artiste recueillis par l'auteur dont la personnalité est pour la première fois plus étudiée : Georgette Cozlin, Jeannette Aldry, Odile Bugnon, Laurence Bataille, la fille de l'...

Livres connexes

La fascination de Balthus pour les ambiguïtés et la face mystérieuse de l'enfance s'est traduite dans ses oeuvres les plus abouties et les plus célèbres : celles qui célèbrent les fillettes à l'âge de la puberté, entre innocence et fantaisies sexuelles, réalité et rêverie. Celles aussi qui ont été le plus controversées : en 1934, sa première rétrospective personnelle suscita un scandale. Cet ouvrage, publication officielle d'une exposition du Metropolitan Museum, se concentre sur ce thème, à travers une quarantaine d'oeuvres - Balthus a peu produit - exécutées pendant les années de jeunesse - les meilleures - du milieu des années 30 aux années 50. Entre 1936 et 1939, Balthus a peint la célèbre série de portraits de Thérèse Blanchard, sa petite voisine à la cour de Rohan, à Paris. Thérèse a posé seule, avec son chat, ou avec son frère Hubert dans les dix derniers tableaux. Les chats, souvent présents dans ces scènes intimes ou discrètement érotiques peuplées de jeunes filles, pourraient incarner le regard de l'artiste inscrit dans la toile. Lorsque Balthus s'installe en Suisse pendant la deuxième guerre mondiale, il substitua à l'austérité du cadre de son atelier parisien l'ambiance chaude d'intérieurs plus colorés au sein desquels différentes nymphettes, puis sa nièce Frédérique Tison, continuaient de rêver, de lire ou de sommeiller dans des poses langoureuses. Après avoir retracé les débuts précoces de l'artiste, Sabine Rewald souligne les correspondances entre le goût de Balthus pour les ambiguïtés de l'adolescence et celui de certains écrivains et poètes, comme Lewis Caroll, Rainer Maria Rilke, Thomas Mann, Cocteau. Elle s'interroge sur les liens entre ce type d'érotisme et la création plastique chez Balthus. Cette approche est enrichie par le témoignage de plusieurs modèles de l'artiste recueillis par l'auteur dont la personnalité est pour la première fois plus étudiée : Georgette Cozlin, Jeannette Aldry, Odile Bugnon, Laurence Bataille, la fille de l'...La fascination de Balthus pour les ambiguïtés et la face mystérieuse de l'enfance s'est traduite dans ses oeuvres les plus abouties et les plus célèbres : celles qui célèbrent les fillettes à l'âge de la puberté, entre innocence et fantaisies sexuelles, réalité et rêverie. Celles aussi qui ont été le plus controversées : en 1934, sa première rétrospective personnelle suscita un scandale. Cet ouvrage, publication officielle d'une exposition du Metropolitan Museum, se concentre sur ce thème, à travers une quarantaine d'oeuvres - Balthus a peu produit - exécutées pendant les années de jeunesse - les meilleures - du milieu des années 30 aux années 50. Entre 1936 et 1939, Balthus a peint la célèbre série de portraits de Thérèse Blanchard, sa petite voisine à la cour de Rohan, à Paris. Thérèse a posé seule, avec son chat, ou avec son frère Hubert dans les dix derniers tableaux. Les chats, souvent présents dans ces scènes intimes ou discrètement érotiques peuplées de jeunes filles, pourraient incarner le regard de l'artiste inscrit dans la toile. Lorsque Balthus s'installe en Suisse pendant la deuxième guerre mondiale, il substitua à l'austérité du cadre de son atelier parisien l'ambiance chaude d'intérieurs plus colorés au sein desquels différentes nymphettes, puis sa nièce Frédérique Tison, continuaient de rêver, de lire ou de sommeiller dans des poses langoureuses. Après avoir retracé les débuts précoces de l'artiste, Sabine Rewald souligne les correspondances entre le goût de Balthus pour les ambiguïtés de l'adolescence et celui de certains écrivains et poètes, comme Lewis Caroll, Rainer Maria Rilke, Thomas Mann, Cocteau. Elle s'interroge sur les liens entre ce type d'érotisme et la création plastique chez Balthus. Cette approche est enrichie par le témoignage de plusieurs modèles de l'artiste recueillis par l'auteur dont la personnalité est pour la première fois plus étudiée : Georgette Cozlin, Jeannette Aldry, Odile Bugnon, Laurence Bataille, la fille de l'...