C'est l'amour que nous aimons par Jean d' ORMESSON

C'est l'amour que nous aimons

Titre de livre: C'est l'amour que nous aimons

Éditeur: Bouquins

ISBN: 2221128575

Auteur: Jean d' ORMESSON


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Primary: C'est l'amour que nous aimons.pdf - 23,733 KB/Sec

Mirror [#1]: C'est l'amour que nous aimons.pdf - 46,157 KB/Sec

Mirror [#2]: C'est l'amour que nous aimons.pdf - 28,574 KB/Sec

Jean d' ORMESSON avec C'est l'amour que nous aimons

Livres connexes

Accompagné d'une superbe préface de Marc Lambron, ce volume rassemble les deux premiers romans de l'auteur : L'Amour est un plaisir (1956) et Un amour pour rien (1960), un de ses meilleurs textes autobiographiques, Au revoir et merci, ainsi que sa trilogie inspirée par l'histoire des soeurs Mitford - Le Vent du soir, Tous les hommes en sont fous et Le Bonheur à San Miniato -, laquelle remporta un immense succès (un million d'exemplaires vendus) lors de sa parution dans les années 1980. Un ensemble très cohérent dans l'oeuvre du romancier, une sorte de carte du Tendre où l'exaltation de l'hédonisme et le vertige du temps se conjuguent à la fascination du monde. Les deux premiers récits ont le charme à la fois enivrant et désenchanté des années 1950, dominées par deux monstres sacrés : Françoise Sagan et Roger Nimier. Jean d'Ormesson invente sa partition personnelle à ce moment-là, avec ce mélange de lucidité, de légèreté et d'allégresse qui fait toute la singularité de son style et de sa vision des hommes. Ses thèmes de prédilection sont déjà là : la quête éperdue du bonheur et l'insatiable besoin d'évasion, le culte du soleil, des voitures et des bains de mer. « Je ne faisais rien de ma vie. Je la traînais à travers l'inutilité, l'admiration, les plaisirs, l'amour », confesse l'un des héros de L'amour est un plaisir, roman que Marc Lambron résume en ces termes : « Une seule femme pour trois hommes ; c'est l'équation d'un voyage d'été ». Dans Un amour pour rien, le jeune narrateur se partage, à l'occasion d'un séjour romain, entre deux femmes, illustrant à travers ce dilemme sentimental la célèbre formule proustienne : « J'appelle ici amour une torture réciproque ». Marc Lambron observe que si ce texte a la « résonance du vécu », « l'autobiographie possible est comme censurée par les apanages du roman ». Il faut attendre la parution en 1966 de sa première véritable aut